Blogger sans frontière

mardi 16 décembre 2008

9ème sommet mondial des Prix Nobel

Posté par Sophie A à 01:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Manifestation mercredi 17 décembre à 12 Heures au Trocadéro

17_d_cembre

Source Paris.fr le 15 décembre 2008 :  « En soutien à Aung San Suu Kyi , Prix Nobel de la Paix 1991 et citoyenne d'honneur de la Ville de Paris, un rassemblement est organisé par le magazine "Marie Claire", mercredi 17 décembre à 12h00, sur le parvis des droits de l'Homme, métro Trocadéro (16e).

En présence d'élus parisiens, Anne Hidalgo, première adjointe, Yamina Benguigui, adjointe chargée des droits de l’homme et de la lutte contre les discriminations, Pierre Schapira, adjoint chargé des relations internationales, des affaires européennes et de la francophonie et Christophe Girard, adjoint chargé de la culture, mais aussi de nombreuses personnalités du monde du spectacle et des médias, un portrait d'Aung San Suu Kyi sera accroché, et un appel à sa libération ainsi qu'à celle de tous les prisonniers politiques birmans sera lancé.

Le sommet 2008 des prix Nobel de la paix  réuni à l'Hôtel de ville, du 11 au 13 décembre derniers, a manifesté sa solidarité à Aung Saan Suu Kyi. Les déclarations des Prix Nobel de la Paix en faveur de sa libération et celle des prisonniers d'opinion birmans seront remises à l'attention de Ban Ki Moon, secrétaire général de l'ONU, pour le gouvernement birman en place. »

Posté par Sophie A à 00:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 9 décembre 2008

Plaidoyer pour pour la non violence et l'art

Posté par Sophie A à 20:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Une mobilisation pour la libération des prisonniers politiques

Un groupe de 112 anciens Présidents et Premiers ministres de plus de 50 pays ont signé une lettre mercredi 3 Décembre exhortant Ban Ki-moon à exiger la libération d'Aung San Suu Kyi et des prisonniers politiques avant le 31 décembre 2008.

      

Dans le cas contraire, selon cette lettre, des mesures concrètes doivent être prises par le Conseil de Sécurité de l'ONU afin de venir en aide au peuple Birman.                              

-Revue de presse à ce sujet : Article en français dans LE POINT, Articles en anglais dans THE IRRAWADDY et MIZZIMA NEWS

            

- La lettre :

Publish at Scribd or explore others:

Posté par Sophie A à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


lundi 1 décembre 2008

Une vidéo de Burma Global Action Network

Posté par Sophie A à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 28 novembre 2008

Un destin qui pourrait ne pas être écrit

Première partie

Deuxième partie

Troisième partie

Medecins Sans Frontière vient d'éditer un rapport sur la situation dramatique des victimes du virus HIV en Birmanie.

Plus qu'un rapport, c'est un cri d'alerte et un appel à l'humanité de la communauté internationale.

Le chiffre des victimes est estimé à 240 000 personnes, 76 000 ayant un besoin vital du traitement antirétroviral (ART).

Seulement 20% des malades y ont accès, le chiffre le plus bas du monde. Medecins sans Frontière fournit le traitement pour 11 000 d'entre eux. Le gouvernement et d'autres ONG le fournissent pour 4 000 autres. Le manque de traitement a entrainé l'année passée 25 000 décès. Le même bilan est attendu pour 2008.

La junte militaire consacre 0,3% de son produit intérieur brut à la santé, encore le montant le plus bas du monde. Dans certaines régions de la Birmanie, comme dans l'état Karen, les dictateurs Birmans ont même refusé l'autorisation à MSF d'intervenir.

Pour accéder au rapport de MSF : A Preventable Fate

mercredi 26 novembre 2008

Manifestation Dimanche 7 Décembre au Trocadéro

C'était il y a 60 ans à Paris, le 10 Décembre 1948, que les 58 états membres qui constituaient alors l'Assemblée Générale des Nations Unies, ont adopté la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

poster

La Fédération Des Pays Asiatiques Pour Les Droits de l’Homme (FPADH) organise une manifestation

Le dimanche 7 décembre 2008
Au Trocadéro, Parvis des Droits De L'Homme, à Paris
De 15h30 à 19h30.

La Fédération Des Pays Asiatiques Pour Les Droits de l’Homme (FPADH) regroupe les différentes Communautés asiatiques qui incarnent en France les causes et les luttes politiques pour la liberté, la démocratie et les droits de l’Homme s’exprimant, au péril de la vie, dans leur pays d’origine.

En cette occasion, la Communauté Birmane de France manifestera en hommage aux martyrs de leur pays qui ont perdu leur vie et leur liberté en combattant pacifiquement contre la dictature militaire.

Pour plus d’informations, contacter la Communauté Birmane de France, Htin Kyaw Lwin

Posté par Sophie A à 00:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

lundi 24 novembre 2008

Extrait du communiqué de Reporters Sans Frontières

Extrait du communiqué de  Reporters Sans Frontières  et de la Burma Media Association du 21 Novembre 2008 :

"Cette vague de procès iniques est une nouvelle infamie perpétrée par une junte militaire qui veut détruire toute velléité de contestation avant d’hypothétiques élections en 2010. Plusieurs centaines d’années de prison ont été distribuées en l’espace de deux semaines à des journalistes, des poètes, des blogueurs, des moines, des comédiens, des chanteurs, des avocats, des dirigeants des minorités ethniques, des syndicalistes et de simples militants politiques. Tout ce que la Birmanie compte de forces vives est réduit au silence par une parodie de justice. Ces procès sont une honte pour la communauté internationale, notamment la Chine et l’ASEAN, qui n’ont rien fait pour les empêcher", ont affirmé les deux organisations.

Lire l’article intégral sur le site de Reporters Sans Frontières 

samedi 22 novembre 2008

Jane Birkin chante Aung San Suu Kyi

Posté par Sophie A à 12:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Billet d'humeur d'Alain Delaporte-Digard dans Buddhachannel

13161_14_nov_cartoonLa Junte défie la communauté internationale en condamnant lourdement les acteurs de la Révolution Safran.

Que va faire le reste de la planète face à cette dictature ?

Rien ?

Que de belles paroles avons-nous dit, nous peuples bien pensants de cette Terre !


Que d’émotions, de coups de coeur avons-nous eu pour ces moines sans arme assis face aux fusils !


Que de manifestations avons-nous fait sur tous les continents, nous défenseurs des droits de l’Homme !
Que de poèmes persuadés d’un futur meilleur !
Que de prédictions de l’effondrement de la junte !
Que de prières humbles et compatissantes !

Que de belles résolutions de notre parlement européen !
Que de splendides déclarations de dirigeants de nos grands pays !
Que de réflexions pour créer un embargo empêchant le maintien d’une armée colossale !

Et les jours ont passé.
Des jours durs, froids, meurtriers.
Le peuple birman a saigné dans ses chairs, dans ses croyances, dans ses espérances.

Et les mois ont passé.
La junte a muselé la presse internationale en coupant les informations.
Elle a tissé plus solidement sa toile de répression.
L’argent a continué à couler abondamment dans ses caisses.
La communauté internationale n’a pu imposé l’embargo économique.

Surtout ne croyez pas que je raille toutes les actions, pensées, espérances
de toutes les consciences qui se sont mobilisées.
Oui, il faut rester convaincu que la paix, la beauté de l’âme peut vaincre l’obscurantisme.

Mais maintenant la Junte militaire birmane défie le monde
par une série de condamnations proclamées haut et fort.
U Gambira vient d’être condamné à 68 ans de prison, la peine la plus lourde.
Il semble tout simplement incroyable, impossible que nous laissions faire.
Mais que ferons-nous réellement, nous peuples démocratiques du monde ?

Source Alain DD pour Buddhachannel.tv

Dessin de Harn Lay pour the Irrawaddy

Posté par Sophie A à 12:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

U Gambira condamné à 68 ans de prison

u_GambiraLe célèbre moine Birman Ashin Gambira, 29 ans, emprisonné depuis le 4 Novembre 2007, vient d’être condamné à 68 ans de prison.

Son crime est d’avoir été un des leaders de la Révolution Safran, cette révolution pacifique au cours de laquelle des dizaines de milliers de moines ceints de civils qui se tenaient la main, chantaient le Metta Sutta, au nom d’une population exsangue, martyrisée depuis plus de 40 ans au rythme des folies inhumaines et meurtrières d’une dictature militaire.

U Kaylar Tha, un autre moine ayant pris part aux manifestations a été condamné à 35 ans de réclusion. D’autres leaders comme U Pannita and U Sandar Thiri devront eux passer respectivement 9 et 11 ans dans les cachots Birmans, où croupissent encore des dizaines de moines et de nonnes sans procès ni condamnation.

La santé d’Ashin Gambira s’est sévèrement détériorée depuis 1 an dans l’obscurité de ces geôles qui ne sont plus visitées par la Croix rouge. Il souffre de migraines et de vomissements, et est affaibli et amaigri.

Il totalise la plus lourde des peines que les tribunaux Birmans ont infligées au cours de la purge qui règne depuis le début du mois de Novembre ; Plus d’une centaine de militants pro-démocratiques, comprenant des avocats, des membres du parti d’Aung San Suu Kyi, des membres du « 88 generation students », des journalistes, des chanteurs, un acteur, un blogueur, un poète, viennent d’être condamnés à des peines allant jusqu’à 65 ans de prison.

Mie Mie, une jeune femme de 35 ans condamnée à 65 ans de prison pour son implication dans la Révolution Safran a crié à la lecture du verdict « Nous ne serons jamais effrayés ! ». Min Zeya, condamné lui aussi à la même peine a demandé « Seulement 65 ans ? ».

Les procès de Rangoon de Novembre 2008 marquent la fin tragique de la magnifique Révolution Safran.

Et Aung San Suu Kyi, la Belle, la Dame, au pays de l’indicible peur, médite encore et toujours solitaire, prisonnière volontaire.

Source Sophie Alvarez pour Buddhachannel

Posté par Sophie A à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 20 novembre 2008

Briser le silence...

Qu'est-ce qu'un crime contre l'humanité que l'humanité tolère ? Autrement dit, fondamentalement, par quoi d'autre peut être révélée la valeur de nos démocraties sinon par le référentiel éthique qu'elle nous procure, ainsi que par son expression ?

Le droit des peuples à s'autodéterminer est affirmé dans la charte des Nations Unies. Qu'en est-il pour le peuple Birman ? Par où faut-il commencer à regarder ? Par les élections volées de 1989 ? Par les millions de réfugiés Birmans à l'extérieur de leurs frontières ? Par les centaines de miliers de réfugiés à l'intérieur de la Birmanie ? Par le nettoyage ethnique des Karens ? Par le nombre de villages brulés ? Par les victimes de la répression à l'encontre de toute forme de liberté d'expression ? Par le maintien arbitraire en détention d'Aung San Suu Kyi ? Par l'utilisation du viol comme arme de guerre par les militaires ? Par l'esclavage sexuel auquel sont réduits nombres de réfugiés Birmans en Thaïlande ? Par le nombre de camps de réfugiés massés aux frontières ? Par le nombre de prisonniers politiques et le nombre d'années de détention qu'ils subissent et qu'ils subiront ? Par le nombre de prisons et de camps de travail forcé ? Par la part du budget de l'état consacré à l'armée ? Par celle consacrée à la santé et à l'éducation ? Par le nombre d'enfants soldats ? Par le nombre de victimes de mines anti personnel ? Par le nombre de victimes de travail forcé ? Par la répression qu'il y a eu à l'encontre des manifestants pacifiques de la Révolution Safran ? Par le référendum truqué de mai 2008 ? Par la purge anti-démocrates qui se déroule en ce moment dans les tribunaux Birmans ? etc.

Autrement dit, manifestement, qu'est-ce qui définit le crime ? L'acte en lui même ? Le degré de tolérance de celui qui l'observe ? La loi qui le juge et le condamne ?

Monsieur Jean-Maurice Ripert, représentant de la France à l'ONU, a dernièrement déclaré : "Il  va falloir rompre le silence autour de ce qui se passe en Birmanie".

Puisse-t-il être entendu.

Sophie

Posté par Sophie A à 12:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 19 novembre 2008

La junte Birmane fait fi de l’opinion internationale et de l’ONU, un article du Monde

Le Monde, 19 Novembre 2008 : Y aller ou ne pas y aller ? La vague de lourdes peines prononcées à l'encontre de près de 80 opposants birmans en une semaine pose un nouveau défi à la communauté internationale et place le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui envisageait de retourner en Birmanie en décembre, dans une position délicate.Lire l'article intégral dans Le Monde

Posté par Sophie A à 23:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 18 novembre 2008

You can win

Une chanson dédiée à tous ceux qui ont perdu leur liberté
au nom de leur combat pour la libération du peuple Birman.

Posté par Sophie A à 12:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 17 novembre 2008

Nouveau rapport d'Info Birmanie

Référendum et constitution en Birmanie, la Démocratie confisquée.

Info Birmanie a publié un nouveau rapport d’information sur le processus constitutionnel en Birmanie. Il est accessible en suivant le lien.

Posté par Sophie A à 23:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

De l'écoeurante pérennité des bourreaux Birmans

nilar_theinPhyu Nay Kyi Min Yu a 17 mois maintenant. Sa maman, Nilar Thein, à droite sur la photo et son papa Kyaw Min Yu, alias Jimmy, la tenant dans ses bras, font partie des 14 dissidents qui ont été châtiés il y a une semaine à 65 ans de prison.

Elle a été confiée il y a plus d’un an à un oncle et une tante par sa maman en fuite qui devait se cacher des pathologiques autorités Birmanes. Impossible de vivre dans la clandestinité avec un bébé, et le risque d’être débusquée à tout moment par les sbires à la solde du régime. La traque a duré 1 an et s'est achevée le 10 septembre dernier.

Pas de papa non plus pour Phyu Nay Kyi Min Yu. Kyan Min Yu est en prison depuis le 21 Août 2007 après avoir mené une des premières manifestations de la belle et tragique Révolution Safran.

Un vent de d’indignation soulève à nouveau de hautes et sévères condamnations de la part des Etats puissants comme le Canada, les Etats-Unis, L’Angleterre, l’Union Européenne… mie_mie

Mais les condamnations barbares et démentes de la meute militaire birmane aux abois semblent beaucoup plus réelles. Comme celles pour Mie Mie par exemple, qui à l’âge de 35 ans lutte pour la démocratie dans son pays depuis 20 ans, et qui a déjà laissé 6 années de sa vie en prison.

Cela fait plus d’un an maintenant que sa liberté lui a été dérobée, depuis ce petit matin d’Octobre 2007, quand 70 agents des forces de sécurité ont attaqué la maison où elle se cachait avec deux autres dissidents.

Elle aussi devra passer ses 65 prochaines années en prison, et ne reverra probablement jamais ses 2 enfants. A la lecture du verdict, elle a crié : Nous ne serons jamais effrayés !

Elle pourrait avoir peur pourtant, elle est cardiaque, et les soins qui lui sont vitaux lui sont refusés en prison.

Le célèbre moine U Gambira, un des leaders des manifestations de l'année passée dépérit dans la prison d'Insein depuis le 4 Novembre 2007. Un jour lointain déjà, il Nov_12_2008chantait le Metta Sutta avec des miliers de moines dans les rues de Birmanie en faisant face aux fusils des militaires. Il est aujourd'hui affaibli et malade, dans l'attente d'une peine de quelques dizaines d'années, dans l'obscurité d'un sordide cachot. La Révolution Safran est belle et bien finie.

Alors quels mots peuvent valoir tant de vies brisées et tant de tragédies à venir ?

La horde de charognards médaillés s'abat sans relâche sur un peuple qui se refuse à la mort... Et à l'ouest rien de nouveau. Et au niveau international, pas même encore l'ombre d'un embargo international sur les ventes d'armes.

U Win Tin le célèbre poète journaliste a déclaré : "Avec ces sévères sanctions, la junte a stérilisé le leadership de la future génération politique de Birmanie". Mozart assassiné, encore et encore. La Birmanie sombre dans un pire chaque jour plus sordide que le précédent.